> > >

« Bon, ben voilà, on y était, dans la « vraie vie ». Fraîchement diplômée, j’avais décroché mon premier job. Et je passais encore une journée affreusement ennuyeuse dans ce milieu qui ne me ressemblait tellement pas… Mon portable sonne. Pas envie de répondre. Finalement, je décroche quand même.

– Bonjour Aude, j’ai une belle opportunité pour vous. Ça vous dirait une mission d’AMOA avec Telys ?
– Une mission de quoi ???
– Rendez-vous demain soir au siège, on vous expliquera tout.

Intriguée, j’accepte l’invitation. Et si c’était ma chance ?
J’arrive donc comme convenu le lendemain, pour en savoir un peu plus sur cette étrange mission. Tiens, étonnant, les gens que je croise ont l’air tellement sympa et heureux de travailler là. Une ambiance conviviale qui met tout de suite à l’aise. Ça existe donc !
On m’installe dans une salle, on me fait passer une batterie de tests auxquels je ne saisis pas tout : il est question de courses de bateaux à organiser, d’une balance avec des poids à classer, d’éléments d’une école à modéliser… Je ne suis pas du tout sûre de faire l’affaire… Dommage.
Et puis le lendemain, on me rappelle. Un rendez-vous avec le chef pour décider si je peux rejoindre l’équipe pour cette fameuse mission d’AMOA.

– Bonjour jeune Padawan. Tes tests ont montré que d’expérience tu manquais, mais qu’en toi la Force tu avais.
– …
– Si la mission tu acceptes, avec un grand maître en AMOA tu t’exerceras. La « méthode des exigences » pour formaliser les cahiers des charges, tu appliqueras. Le besoin du client, toujours, tu reformuleras. Le « pourquoi » tu chercheras. Le flou tu chasseras. La question inventaire jamais de poser tu n’oublieras. Alors, prête ?
– Plus que jamais ! On commence quand ?! »

Aude, ancienne consultante Telys